dimanche 11 janvier 2009

Transports

Après les quelques jours que je viens de passer, il serait tout de même bien que je vous parle mon principal moyen de transport : le bus, onibus, colectivo ou car comme vous voulez. Depuis que je vous écrit mon dernier message je n´ai quasiment fait que ça : de la route. Comment choisir sa place : à la fenêtre, pas trop prêt des toilettes, pas trop loin des copains, savoir s´il va faire chaud ou non suivant comment le conducteur règle la clim ou si tout simplement il n´y en a pas. Et autant vous dire qu´au Brésil ou en Argentine on n´a pas trop eu de problème mise à part le foid ou l´odeur des chiottes, autant ce dernier voyage en Bolivie c´était autre chose.

Dans un bus surbondé, sans armortiseurs, avec une moyenne de 50 km/h et de un adulte et un enfant par siège sur des routes la moitié du temps sans revêtement, autant dire que ça tremble. Bref, la nuit a été longue, d´autant plus qu´avec les changements de climats et d´heures, la nuit arrive à 18h30 et le soleil se lève vers 6h, on est donc complètement décallé. Mais malgré tout ça j´ai presque bien dormi. Je ne sais pas où est le mystère, sans doute parce que ça fait un mois demain que nous sommes en vadrouille, un mois que je passe presque autant de temps dans les transports à regarder les gens, le paysage, à lire qu´à avoir les pieds sur terre. Du coup je m´habitue à dormir un peu n´importe oú, et notamment avec le siège à la verticale alors que ca tremble comme jamais.

Mise à part ces détails bien techniques, tout va bien, nous sommes de l´autre côté de la frontière, à Santa Cruz de la Sierra, ou nous nous posons un peu parce qu´il n´y a pas grand chose à faire avant de repartir (à seulement 3h de route) à Samaipata. Le passage à Brasilia a été fort rapide mais m´a définitivement vacciné contre l´urbanisme moderniste. J´essaierai d´en parler plus longuement plus tard ; mais le vide est un art qui semble avoir échappé aux personnes qui ont conçu cette ville il y a 50 ans. Sans compter que l´on s´est retrouvé sous une pluie diluvienne qui nous a nous a trempé jusqu´á la moelle et nous a fait comprendre ce que significait pluie tropicale.

A plus tard, aux hasrds des connections!

Posté par Laee à 21:07 - - Commentaires [4] - Permalien [#]


Commentaires sur Transports

    toujours en vadrouille... ton voyage m'a l'air folklorique! chouette chouette!
    des photos du car please!!!

    Posté par mybrouhaha, dimanche 11 janvier 2009 à 22:45 | | Répondre
  • quel plaisir !!!!

    Bravo pour me dodo dans te telle conditions lol .. ca me rappel le maroc et ses chauffeurs un peu fou sur des routes insensées....

    Prends en plein la vue belle léa !

    merci merci pour ces petites cartes postales...

    bisous gelés d'ici

    Posté par la couzzz, lundi 12 janvier 2009 à 16:30 | | Répondre
  • je dois t'avouer que je n'ai jamais aussi bien dormis que dans une bus traversant le nord de l'inde, pour un voyage de 24h... comme je te comprends! ton petit voyage en amérique latine a l'air super!

    Posté par Laure, lundi 12 janvier 2009 à 17:46 | | Répondre
  • A la lecture de ton article "transport", une question à l'apprenti-architecte :
    L'escalier est-il plus important que la chambre ?
    Autrement dit lors d'un voyage, la manière de se rendre en un lieu est-elle plus intéressante encore que le lieu lui-même ?

    Bon voyage sur les routes de Bolivie, et prends soin de toi.

    Baisers

    Posté par jacques, lundi 12 janvier 2009 à 22:36 | | Répondre
Nouveau commentaire