dimanche 30 novembre 2008

Queremos Luz

DSC09139Enfiiiin! Après quelque chose comme 55h sans électricité : Frigo, Internet, TV, musique et accessoirement lumière sont de retour. Très étonnants que l'ambiance de ces derniers jours : conséquence de ces dernières semaines de trop grosses chaleurs.

Jeudi soir, l'électricité nous a donc laissé en plan, comme c'est déjà arrivé plusieurs fois ces derniers mois. Seulement cette fois-ci ça touché toute la manzana (îlot), les commerces, les immeubles. Et ça a duré jusqu'à ce matin. Le glacier a perdu toutes ses glaces, le kiosco a du installer un éclairage de fortune, le restaurant n'a plus vendu qu'une seule sorte de pizza, le café est resté fermé, le feu de la esquina ne fonctionnait pas, et l'éclairage public marchait une fois sur deux.

Et puis à l'appart, on s'est éclairé à la bougie, on s'est regardé dans le blanc des yeux fautes d'avoir la TV, on a été chez des copains pour recharger nos téléphones, je n'ai pas pu aller sur facebook toutes les demi heure et ça m'a manqué, mais surtout je me suis retrouvé à taper sur des casseroles hier après-midi avec des voisins pour dire pascontentpascontentpascontent, parce que ça a eu lieu à la esquina Niceto Vega y Scalabrini Ortiz, mais aussi ailleurs, dans plein d'autres petits bouts de barrio.

parce que c'est histoire c'est quand même la preuve qu'il y a un problème : le système électrique est vétuste, vieux, installé pour une densité moyenne de type petites maisons alors que les tours à air conditionné poussent comme des champignons et que rien ne change. Alors forcèment, aux grosses chaleurs, quand l'air conditionné fonctionne au max, ça finit par lâcher.

Des photos du moment casserole et des glaces fondues.

DSC09122

DSC09130

DSC09133

DSC09125

C'est bien les photos en grand non?

Et sinon, enfin il pleut, depuis hier après-midi, orage grondant, pluie torrentielle, il fait un peu moins chaud et ça rend tout nostalgique, alors je vous mets un peu de Carlos Gardel, le maître du tango d'ici, un peu vieux-jeu et touristique mais tellement charmant. C'est mon copain Tewfik (qui est à Paris et qui n'a rien à voir avec Buenos AIres, hein!) qui m'a fait connaître cette chanson : Anclao en Paris. En deux-mots c'est un homme qui est à Paris et à qui manque terriblement Buenos Aires, mais il a pas d'argent pour rentrer. Et moi je suis contente parce que je comprends un peu les paroles! :)


Découvrez Carlos Gardel!

Posté par Laee à 17:56 - - Commentaires [3] - Permalien [#]


Commentaires sur Queremos Luz

    ...

    Nous avons essayé de scander "pas contentpascontent", mais ça n'est pas très convaincant … ça donne quoi chez vous en espagnolargentin?
    Il va me manquer le son et les gestes ou danse qui accompagnent…c'est vrai après ta dernière page, je prends goût aux différentes formes d'expression du corps !

    Posté par laurence, mardi 2 décembre 2008 à 17:06 | | Répondre
  • oulah! chaud!
    ça devait être bizarre! dommage pour les glaces fondues, quel gâchis!

    Posté par mybrouhaha, samedi 6 décembre 2008 à 21:08 | | Répondre
  • Bonjour,

    juste un petit mot pour vous remerciais pour votre blog décidemment tres sympathique. Vous bougez beaucoup, je vous envie,bonne continuation

    Posté par natalee, lundi 8 décembre 2008 à 22:19 | | Répondre
Nouveau commentaire